"Sais-tu réellement combien tu me manques ? Combien de fois j’ai voulu agir en attrapant mon téléphone pour composé ton numéro ? Combien de fois j’ai voulu taper à ta porte pour te supplier de revenir ? Combien de fois j’ai commencer à écrire pour finir par effacer les premiers mots d’un message ? Combien de fois je me suis imaginer que tu reviendrais ? Combien de fois je me suis retourner en éspèrant que tu soit derrière moi ? Combien de fois j’ai voulu aggriper un bras en me disant que c’était toi ? Vous voyez, certaines personnes ont besoin de croire en quelqu’un ou quelque chose, pour les gens, c’était Dieu mais pour moi, c’était lui."
"Puis quand elle souriait je souriais, c’était con ouais mais c’était nous"
"Désolée, je t’aime."

S’il te plait, je t’en supplie reviens moi. Laisses moi t’aimer une dernière fois. Laisses nous une dernière chance. Et puis au pire on verra bien, faut juste qu’on réessaie.

littleunnamed:

 
"Ça m’est retombé dessus d’un coup je me suis senti seul triste et fatigué
J’y arrive pas sans toi j’arrive plus à encaisser
Comment est-ce que ça va se finir ? Comment est-ce que je vais faire ?"
Fauve (via littleunnamed)

j’pue la clope. j’pue la drogue et l’alcool. j’pue la déchéance. j’pue le vide sans toi.

"j’crois que tu me manques"

beaux-baisers:

Elle c’est l’indéfinissable. C’est tout, c’est rien. C’est un peu l’allégorie d’la mort, le symbole de la vie. C’est ce p’tit bout de galaxie qui sublime les étoiles, ce morceau d’infini, infiniment bien, qui nous fait oublier le mal. C’est l’bonheur en personne, le bonheur frivole, instable, qui court et qui déraille. Qui offre son amour, jusqu’à s’en défoncer les entrailles.

(via decadenceperpetuelle)

"L’enfer est tout entier dans ce mot: solitude."
V.Hugo